« L’Uomo in più » : l’homme surnuméraire

Paolo Sorrentino, 2001, sortie 1er février 2012

Pitch

Dans les années 80 à Naples, une star du foot et un crooner en vogue, portant le même nom mais ne se connaissant pas, vont avoir le même destin : la gloire, la chute, l'oubli.

Naples au début des années 80, deux hommes qui portent le même nom, Antonio Pisapia, sont au sommet de leur gloire : le premier, Tony, un chanteur latin lover arrogant et macho, le second, Antonio, un joueur de foot talentueux et timide, trop naïf. Mais leur destin va subitement basculer. Des évènements extérieurs vont précipiter leur chute libre dans un anonymat, une descente aux enfers qu’ils ne supporteront pas, surtout le plus pur des deux, moins aguerri que son homonyme pour surfer dans une société italienne rongée par la corruption.

——


photo Bellissima

Antonio, joueur star de foot, refuse un jour de se laisser acheter pour un match truqué, il est éjecté d

u terrain après blessure par un coup malencontreux, il n’y retournera plus, on le retrouve à l’hôpital. Pourtant, Antonio espère sa reconversion dans le foot et être un jour entraîneur de l’équipe de Naples, il s’y prépare quatre ans durant mais le staff n’en veut pas et son épouse le pousse à devenir agent d’assurances.Tony accumule les conquêtes qu’il choisit parmi ses admiratrices, il faut voir l’extraordinaire Toni Servillo, avec sa coupe de cheveux casque et petite frange, dire à une femme mariée dans sa loge après le spectacle qu’elle a une jolie robe qu’il verrait bien pliée sur la chaise près de son lit… Un soir, Tony est piégé par une jeune fille délurée dont il ignore qu’elle est mineure. Avec la cocaïne à laquelle il est addict, ça fait beaucoup, il est mis sur la touche. Son agent le boycotte, il a une drôle de bosse sur la tête et le poids d’un frère mort « à sa place », d’après sa mère, qui le hante. Mais Tony, en prison, a appris à cuisiner le poisson, il se met dans la tête de racheter un restaurant de poisson sur la plage afin de se reconvertir.


photo Bellissima

« L’Umo in piu » tient son titre d’un placement de joueurs sur le terrain qu’a imaginé Antonio quand il bûche naïvement pour être recruté comme entraîneur, ne comprenant pas qu’on ne veut pas de lui parce qu’il ne joue pas le jeu de la corruption, qu’il est triste, comme finira par lui dire l’odieux patron du club de foot. Dans cette configuration en losange, un défenseur vient en appoint de trois attaquants, eux-même en triangle, pour former un losange, c’est « l’homme en plus », comme l’est devenue l’ancienne star du ballon ; cette idée de génie d’Antonio, drôle et pathétique, résume en elle-seule tout l’esprit de la tragi-comédie italienne et, en particulier, la vision très stylisée et féroce qu’en a Sorrentino comme on le verra plus tard dans « L’Ami de la famille », film mal aimé pourtant brillant et inventif.


photo Bellissima

Paolo Sorrentino dont c’est le premier film (2001), que le distributeur Bellissima a la bonne idée d’exhumer des cartons pour le présenter en France, a depuis fait son chemin sur la scène internationale, notamment en étant sélectionné quatre fois en compétition officielle au festival de Cannes : en 2004 pour « Les Conséquences de l’amour », en 2007 pour « L’Ami de la famille », en 2008 pour « Il Divo » (Prix du jury avec Toni Servillo à nouveau), en 2011 pour « This must be the place », film tourné en Amérique et en anglais où, expatrié, focalisé sur Sean Penn qu’il peine à diriger, ce dernier cabotinant à mort, le réalisateur échoue à transposer son univers au delà des Alpes.
Pour ma part, je trouve que les premiers films de Paolo Sorrentino étaient meilleurs que les derniers, plus (trop) ambitieux. Il faut voir cet « Uomo in più », drôlissime et poignant, leçon de mise en scène d’un réalisateur surdoué et impitoyable qui observe son pays à la loupe grossissante, déformante, avec une originalité de ton comme on en voit peu dès son premier essai qui est un coup de maître.

 

Notre note

(5 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top