« La Isla minima » : les marécages post-franquistes sont meurtriers

focus film Alberto Rodriguez, sortie 1er juillet 2015

Pitch

Dans l'Espagne post-franquiste de 1980, deux flics sont envoyés dans un patelin d'Andalousie après la disparition de deux adolescentes durant les fêtes locales.

Notes

Voilà le film espagnol aux 10 Goya dont on attendait beaucoup et qui est encore au delà des espérances. Seul bémol : la mise en scène somptueuse n’est-elle pas un peu trop belle au service d’un polar glauque imbibé par les fantômes de Franco? 1980, les marécages de Guadalquivir en Andalousie, terre arride, inhospitalière, ont quelque chose d’intrinséquement menaçant, sables mouvants où vont disparaître deux adolescentes. Film de genre crade où depuis quelques années, en fait, quatre adolescentes ont disparu, pas kidnappées mais séduites par un bellâtre qui va leur faire miroiter l’Eldorado et les vendre pour des soirées tarées à des notables fantômes, jamais nommés, en quête de sensations fortes. Film de genre assez classique, au fond, des adolescentes qui veulent partir de leur province sinistre, rêvant d’une autre vie, deviennent des proies (on pense à « 8mm » de Schumacher, ce film tellement controversé, les jeunes filles rêvaient d’Hollywood, elle finiront en chair à snuff movies pour milliardaires jamais rassasiés de pouvoir). Dans tous les cas, les intermédiaires minables et corrompus, les familles dévastées, les ados qu’on a pas vu grandir, posant nues pour des photos, leur désir de fuir ayant anesthésié toute méfiance.

 

photos Le Pacte

photos Le Pacte

Et aussi

On a comparé « La Isla minima » au déjà culte « True detective », un couple de flics dépêché sur l’affaire, deux hommes que tout oppose, l’un, futur père de famille, vertueux, l’autre, ancien des milices de Franco, l’image de deux Espagnes. Parachutés en Andalousie, les deux flics naviguent dans un monde opaque où les tortures infligées aux jeunes filles font écho à celles de la période Franquiste pas digérée, mentalement omniprésente, dont les séquelles affectent pour longtemps encore les habitants (on a appelé cette période la « transition démocratique », Franco mort en 1975, on est ici en 1980). Dans la région marécageuse et naturellement labyrinthique de Guadalquivir, où l’on peut seulement cultiver le riz entre deux manifestations paysannes, où l’Omerta fait loi, les deux flics s’enlisent dans une enquête d’une histoire en miroir de l’Histoire dont personne ne veut parler, une enquête impossible d’où ils ne sortiront pas indemnes.

On a appelé ce film « le True detective espagnol », pourquoi cette appellation ne repose que les signes extérieurs? (un tandem de flics obligés de faire équipe dans une histoire sordide de meurtres en série)

« True detective » fonctionne en flash-back, retour sur une série de meurtres opérés 16 ans plus tôt, les deux flics en tandem à l’époque des crimes, sont interrogés séparément, les flash-backs confirment ou infirment leurs propos, la dimension onirique est intégrée au récit, dans une seconde partie, le tandem se reforme. La personnalité du flic joué par Matthew McConaughey, personnage borderline dont la dérive sans fin, est difficilement explicable, fascine, son co-équipier (Woody Harrelson) n’est pas un ange non plus mais socialement intégré. En revanche, le tandem de policiers de « La Isla minima » ne fonctionne pas sur le registre psychologique mais politique, le premier est le symbole de la nouvelle Espagne, le second, celui des bourreaux de Franco.

Revenons quelques instants sur cette mise en scène éblouissante dont je tatillonnais plus haut qu’elle était un peu trop belle pour le sujet mais quelle merveille, tout de même!

 

ISLAMINIMA4

Bande annonce

 

Notre note

(4,5 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top