« L’attente » (« L’attesa ») : l’insupportable vérité

focus film Piero Messina, sortie le 16 décembre 2015

Pitch

A l'invitation de son petit ami, Jeanne débarque en Sicile dans sa magnifique maison familiale. Mais le jeune homme est absent et sa mère, Anna, dévastée par un chagrin muet. Néanmoins, les deux femmes l'attendent...

Notes

Anna, qu’on devine dévastée par un deuil, passe ses journées couchée, enfermée chez elle. La Sicile aussi austère que magnifique et conventionnelle. Dans la maison aux volets clos, carrelages ressemblant à des fresques, meubles sombres et pénombre, la grande maison est plongée dans la léthargie interrompue par un défilé muet de visites de deuil et, puis, rien sauf… Jeanne, la petite amie de Giuseppe, le fils d’Anna. Jeanne, anxieuse que Giuseppe lui en veuille encore pour des souvenirs lourds de l’été dernier mais qui pourtant l’a invitée à venir chez lui en Sicile. Pour lui dire qu’il lui a pardonné, a pensé Jeanne. Incapable de la recevoir à son arrivée, Anna ne rencontre Jeanne que le lendemain, ne parlant que de banalités. Ensuite, elle informera Jeanne que son frère vient de mourir subitement.

La situation évolue alors par l’entremise  du non dit des deux partis, Jeanne réécoutant les messages de Giuseppe sur son téléphone portable, Anna feignant de ne pas savoir quand son fils reviendra. Jeanne, dubitative mais n’osant poser de questions, Anna tentée parler, parfois. Mais, peu à peu, les deux femmes en viennent à partager l’attente de Giuseppe, la première entraînant la seconde, devenue consentante, dans un monde irrationnel de possible qu’il revienne tant que rien ne sera verbalisé.

Au delà du travail de deuil, les deux femmes partagent le souvenir du même homme qui dans le souvenir est vivant. On peut dire qu’elles s’épaulent d’une certaine façon dans ce déni partagé.

 

photos Bellissima

photos Bellissima

 

 

a


 

Et aussi

En fait, si je n’avais pas lu sur le générique que ce film était tiré de Pirandello* (deux nouvelles mixées aux souvenirs du réalisateur), je m’en serais tenu là dans l’analyse de la situation. Mais il est évident qu’on retrouve le thème majeur Pirandellien de la subjectivité, de la réalité telle qu’on la perçoit, des petits arrangements avec la vérité, ce qu’on peut en supporter, la distorsion de la vérité, celle niée, celle rêvée, car il n’y a pas de vérité mais des vérités, « A chacun sa vérité »*…

Le film est excessivement esthétisant, incessants plans genre tableaux vivants des objets, des lieux, le visage de Binoche au centre d’un écran quasiment noir, etc… ce qui nuit à l’émotion, tout comme Anna/Juliette Binoche, figée comme une statue dans une douleur paralysante, sa peau, ses expressions de souffrance, ses déplacements pour exécuter les gestes les plus banals scrutés à la loupe ; le film semble être fait pour elle, un écrin trop sophistiqué pour ce portrait de femme en deuil. Une seule scène émerge, à table, un soir, les deux femmes boivent et Anna oublie quelques instants la réalité et se met à rire, ce rire puissant et populaire de Juliette Binoche qui a toujours contrasté avec son attitude raffinée, Jeanne (Lou de Laâge) rit aussi, le fantôme de Giuseppe semble invité aussi table avec elles, heureuses.

Par ailleurs, réalisateur aurait pu aller beaucoup plus loin, sans aller jusqu’à « Cérémonie secrète » de Losey où une jeune orpheline névropathe choisit une femme prostituée pour jouer le rôle de sa mère afin de nier sa disparition (le film est en fait beaucoup plus complexe que cela), on aurait pu imaginer les deux femmes vivre ensemble, emmurées dans une éternelle attente, car la dimension névrosée des personnages qui fait cruellement défaut pour donner un peu de chair tourmentée à cette histoire, tout est trop raisonnable et embelli, en vérité.

 

«L’Attesa», de Piero Messina, avec Juliette Binoche, Lou de Laâge. 1h40. En compétition à la dernière Mostra de Venise.

post du 26 octobre 2015

Notre note

(3 / 5)

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top