« Les 7 Vierges » : 48 heures chrono

Alberto Rodriguez, sortie DVD 22 janvier 2009

Pitch

48 h de permission ont été octroyées à Tano, adolescent enfermé dans un centre de redressement, pour le mariage de son grand frère. Aussitôt sorti, Tano téléphone à Richi, son meilleur ami, pour profiter ensemble de sa liberté provisoire...

 

Le jeu des 7 Vierges consiste à compter jusqu’à 60 devant un autel avec des bougies et 7 images de la Vierge et regarder ensuite face à un miroir l’avenir au fond de ses yeux… C’est ce qu’était en train de faire Richi quand son meilleur ami Tano lui téléphone qu’on vient de le libérer du centre de redressement où il est enfermé : une permission de 48 heures pour assister au mariage de son frère aîné. Ce dernier, morose, vient le chercher en voiture et s’inquiète de la rage de se défouler dont faire preuve Tano. Pendant ces 48 heures, Tano et Richi retrouvent leur bande de « la cité »‘, triste barre d’immeuble à la périphérie de la ville au sud de l’Espagne qu’on dirait ici « quartier sensible ».Les deux compères exhibent une absence de valeurs proportionnelles à leur amitié, voler, frapper, se droguer au quotidien sans y voir malice, une ambition : ne pas devenir comme leurs parents ou ce type qui fait griller des poulets depuis 20 ans, des losers, autant se tirer une balle tout de suite… Les anti-valeurs de Tano et Richi sont un peu à l’image de celles du tandem d’ados de « Gomorra » : le dieu profit, le pouvoir, les armes, le plaisir immédiat, sortir de leur condition sociale par tous les moyens. A la fin du film, les deux amis sont installés dans un chantier d’une résidence de luxe et jouent à être riches… Le père de Richi en prison, sa mère, horrible virago, le trompe sous le nez de son fils, les copains se moquent… Chez Tano, pas de parents en vue, une grand-mère et un grand frère qui va se marier à reculons, le jour J, il est accablé, est-ce que parce que sa future femme a couché avec tout le quartier et qu’il le sait? Ou est-ce parce qu’il intuite un mariage raté à cause d’une vie médiocre faute de moyens?
—–


photo Epicentre

Tant que Tano voit sa copine Patri, tout roule, mais qu’elle le laisse tomber par lassitude alors qu’elle vient de le retrouver, parce que soudain elle se rend compte que leur histoire ne signifie rien pour elle, et la violence contenue au centre de redressement explose, Tano s’expose en participant à une expédition punitive contre l’autre bande de la cité, il frappe un homme à mort, en réchappe grâce à Richi.
 


photo Epicentre

La bande de la cité est composés d’ados livrés à eux-mêmes (les seules relations familiales sont le mensonge pour partir de la maison), à la fois voyous patentés, parfois dealers (Grenouille et son Iguane vert qui veille sur la drogue. dans le coffre de la voiture..), et gamins, aimant jouer, s’amuser, comme à la piscine où l’on en jette un à l’eau tout habillé, on l’on s’est cotisé pour offrir un costume à Tano…
On peut trouver comme pour toutes les amitiés entre hommes une composante homosexuelle dans cette amitié à la vie à la mort de Tano et Richi, gênés de s’embrasser en se retrouvant, plaisantant qu’on pourrait les voir… Pourquoi pas bien que j’y ai vu plutôt un substitut de famille, un repère, sur qui peuvent-ils compter dans leur vie sans avenir à part l’un sur l’autre?

photo Epicentre

C’est un film jeune et pas seulement par ses interprêtes, le mouvement, la vitesse, la mise en scène qui explique tout en un plan, les dialogues pudiques qui disent l’essentiel en quelques mots, regards, déceptions, le rythme, la musique en contre-emploi (la guitare avec des chansons d’amour genre « tu fais battre mon coeur, sans toi, j’ai des palpitations »). Un premier film brillant, attachant, émouvant. Dans le noir des destins, il y a pourtant de la lumière, de la couleur et de l’humour, le personnage de Richi est à ce titre très évocateur du système de défense de ces ados, quand il est choqué ou peiné, il zappe aussitôt et plaisante, parle trop, en fait trop. Le film a un tempo, un style, les acteurs sont craquants, l’histoire plus tragique que comique et pourtant on sourit souvent tant la pulsion de vie de ces deux ados est forte malgré leur environnement hostile, s’amuser, s’éclater, vivre au présent qui peut cesser dans une bagarre d’une minute à l’autre… Typiquement le cinéma que j’aime : novateur, rythmé, autonome. Exceptionnel succès en Espagne, primé à plusieurs festivals de cinéma, le film, sorti rapidement en salles en avril en France, vient de paraître en DVD, une bonne occasion de pallier aux lacunes de la distribution des films de qualité en France noyés sous 500 copies de films formatés à gros budgets genre « Agathe Cléry » ou « De l’autre côté du lit »…
DVD Epicentre éditions. Sortie le 22 janvier 2009. Fiche du film…

 

 

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

1 Comment

  1. Cordelia -  18 novembre 2016 - 8 h 54 min

    If not for your writing this topic could be very couvelntod and oblique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top