IMG_3977

"Suddenly last summer" ("Soudain, l'été dernier") : polar freudien

Focus DVD Joseph Mankiewicz, 1959, reprise 7 novembre 2007, DVD 23 août 2017

Pitch

Violette et Sebastien, c’est ainsi que Mrs Venable voyait ses relations de mère abusive avec son fils unique mort quelques mois auparavant.

Avant même d’apparaître, on entend la voix de Violette Venable (Katarine Hepburn) depuis lascenseur privé de sa somptueuse maison, elle répète déjà à lenvi « Sébastien disait »  Le Dr Cukrowicz (Montgomery Clift), jeune neurochirurgien expérimentateur dune variante de lobotomie, vient lui rendre visite, à sa demande. Et surtout à la demande pressante du directeur de lhôpital psychiatrique où le médecin est obligé d’opérer dans des conditions rudimentaires. On parle dun million de dollars de don à lhôpital, Mrs Venable a déjà mis ses avocats sur le coup, en échange dun petit service

—–


La première scène du film montre une opération du Dr Cukrowicz effectuant une lobotomie selon sa méthode devant des étudiants en médecine, le projecteur tombe en panne Affolé, le directeur trouve une solution pour renflouer les caisses : la proposition tombée du ciel de Violette Venable
Pendant leur première entrevue chez elle, Violette Venable parle surtout au docteur C de son fils Sebastien qui lobsède mort comme vivant. De son voyage cet été en Europe, il nest jamais revenu, mort dune crise cardiaque. Sebastien était un poète, un artiste, un esthète, mais cet été, il na pas rédigé son poème annuel, preuve que quelque chose nallait pas Et ce quelque chose, Le Dr C ne tarde pas à lapprendre, cest que, contrairement à tous les étés de sa vie, Violette Venable na pas accompagné son fils en voyage Cest Catherine, sa nièce, qui a pris sa place Cette nièce dont Violette prétend quelle a perdu la tête le jour de la mort de Sebastien. Enfermée depuis son retour à linstitution Sainte Marie, Catherine, sujette à des crises de nymphomanie, a tenté de violer un jardinier sexagénaire, mais le pire, cest qu’elle invente des horreurs sur son cousin. La lobotomie du Dr C semble à Violette le remède quil faut à Catherine pour quelle cesse de salir la mémoire de Sebastien…On transfère alors Catherine à lhôpital public où exerce le Dr Cukrowicz. Auparavant, a lieu la première rencontre du Dr Cukrowicz avec Catherine (et la première apparition de Liz Taylor) à linstitution Sainte Marie. Surveillée par une revêche religieuse qui lempêche de fumer et l’accuse de l’avoir brûlée intentionnellement, le Dr C comprend immédiatement que la jeune femme est traumatisée mais pas malade. A lhôpital public, le Dr C a mis Catherine dans une chambre seule pour lui épargner le contact avec une population digne dun asile du siècle dernier. Les scènes de Liz Taylor penchée au dessus de la «fosse» (salle de récréation…) depuis une mezzanine, la première scène où elle y atterrit par mégarde, devenant la proie des hommes aliénés parqués dessous, la seconde scène où, au dessus de la «fosse» des femmes cette fois, en robe noire très chic, elle escalade la mezzanine pour tenter de se suicider, sont cultes. Liz Taylor y est époustouflante.Comme dans beaucoup de ses livres dont ceux adaptés au cinéma, par exemple, « Un tramway nommé désir » ou « Le Visage du plaisir », Tennessee Williams met en scène un sujet qui lui tient à cur : la femme enfant vieillissante qui refuse son âge de façon pathologique jusquà en perdre la raison : la Blanche Dubois du « Tramway », la riche veuve américaine à Rome du « Visage du plaisir » (toutes deux jouées par Vivien Leigh) : « vous vous attendiez à une vieille femme? », fait Violette, coquette, au Dr C quand elle le rencontre. Non seulement Violette Venable est amoureuse de son fils mais elle sillusionne quils forment un couple couple de stars du même âge et dune beauté égale, dune élégance sans équivalent. Second thème de prédilection de TW, corollaire du précédent : la valeur beauté et la perte de la beauté imputable au vieillissement. Bien quelle déteste sa nièce, Violette Venable est frappée par sa beauté, elle ne peut sempêcher de le faire remarquer, inconsciemment, elle sait ce qui a attiré son fils, préoccupé desthétique et de séduction avant tout. En contrepoint, la mère de Catherine, moche, ruinée, sotte et craintive, lexaspère, le portrait est cruel, la femme ne cesse de jacasser pour aligner des banalités, obséquieuse, surnuméraire, maladroite, veule, elle accepte de signer lenfermement de sa fille pour ne pas perdre lhéritage de Sébastien. Cest peu dire que Tennessee Williams charge le personnage invisible de Sebastien, décrit comme faux artiste, un infirme social, un parasite, un incapable tyrannique luttant contre la dépression en faisant le tour du monde ou en installant une jungle dans le jardin de sa mère. Troisième sujet omniprésent dans les pièces de TW : la dénonciation de l’homosexualité honteuse (Violette prétend que son fils est chaste) qu’on lui reprochera à lui, en son temps, en tant qu’écrivain. Enfin, la jeune soeur de l’écrivain fut victime dans la vie d’une lobotomie…

Le récit final de Liz Taylor permet de revoir la scène où elle porte ce fameux maillot de bain blanc que son cousin lui fait porter parce quen sortant de leau, il devient transparent (photo en haut de mon blog ! ! !) Un récit peu crédible (s’il était isolé) mais tout à fait dans la logique du drame parfaitement scénarisé. La chaleur qu’il faisait ce jour-là, l’absence d’air et d’ombre, Liz Taylor installe, tout en racontant, une ambiance chauffée à blanc sur une plage tropicale hostile, le tout sur une musique lancinante, en superposant les images de la récitante et celles de ses souvenirs… De Sebastien, on ne verra jamais le visage, illustrant bien en cela l’idée que le jeune homme est plus une image idéalisée partagée entre sa mère et sa cousine, plus une création fantasmatique qu’une réalité, vivant, il était momifié, et, mort, il restera vivant… La fin est indulgente, Violette Venable fera un pas de plus dans le déni, préférant la folie douce à la vérité, ce qui épargnera sa nièce puisque son fils nest plus mort… (brillante prestation de Katarine Hepburn).

Bien que tout le film soit outré et très récitatif, chacun raconte et se souvient (Violette, Catherine surtout), les monologues sont très longs, le récit de la vie et la mort de Sébastien captivent, le pouvoir de labsent étant décuplé par les réactions passionnées des vivant(e)s. Mais, comme son prénom ly prédestine, le récit est une variante du martyre de Saint Sebastien décliné depuis son séjour aux Galapagos avec sa mère, où il sidentifie aux petites tortues naissantes sorties de luf dévorées par les rapaces, jusquà sa fin tragique à Cabeza de Lobo Violette insiste que ce jour-là, Sebastien a vu Dieu, tout le film aura ainsi des consonnances de récit biblique éclairé par la psychanalyse, science qui elle-même enprunte la plupart de ses références à la mythologie (je viens de lire que la mère d’Oedipe s’appelait Violette en grec…). Joseph Mankiewicz sait installer dès le départ une ambiance menaçante, utilisant les plans des instruments tranchants de chirurgie qui glacent le sang, voire même le simple plan de la pancarte de lhôpital. Entre la psychiatrie, les névroses des uns et les traumatismes des autres, lhomosexualité inavouée du fils et la folie destructrice de la mère, la coupe est pleine. Et pourtant, ça fonctionne, un film admirable quon noublie pas de sitôt

Ce film vient de sortir en reprise sur les écrans mercredi dernier 7 novembre 2007.

 

POST RÉDIGÉ LE 13 NOVEMBRE 2007.

Diffusion

Sortie DVD CARLOTTA 23 août 2017

Notre note

5 Stars (5 / 5)

Mots clés: , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top