BLOG OUT AOUT : le blog Cinémaniac en vacances jusqu’au 20 aout!


Le 4 aout 1962, Marilyn a rejoint Norma Jean(e)… 50 ans déjà et toujours pas de rivale…AOUT 2012, mois 50 fois Marilyn Monroe, la création de Marilyn par Norma Jean :
et si elle avait instinctivement tout saisi du star-system y compris qu’il fallait s’auto-dissoudre au sommet de sa célébrité pour devenir éternelle?

36 ans de vie, 50 ans de mort, ainsi définit-on le phénomène dans un des nièmes livres sur Marilyn Monroe « Monroerama ». Le 4 aout 2012, on fêtera les 50 ans de la mort de la star la plus célèbre de tous les temps qui aujourd’hui fascine encore au moins autant qu’hier. Symbole du rêve américain, Cendrillon de Hollywood, car elle habitait déjà enfant LA, sa mère, monteuse aux studios RKO, celle qui disait avec lucidité « j’étais le genre de fille qu’on retrouve morte dans une chambre minable, un flacon de somnifères vide à la main » finira broyée par le star-sytem, noyée dans le personnage idéal qu’elle avait fabriqué : car Norma Jeane Baker ou Mortensen, fille de Gladys et de père inconnu, placée dans n familles d’accueil, sa mère internée, a toujours voulu être une star. Sans l’aide de grand monde, Norma Jean (elle avait enlevé le « e ») a patiemment construit Marilyn Monroe au prix d’un travail acharné : photos de mode, castings, cours de tout, elle s’obstine, fait la connaissance d’un attaché de presse puissant à Hollywood qui lui conseille de retoucher légèrement son nez, son menton, ses dents, ça se voit à peine (pas comme aujourd’hui!). Auparavant, la directrice de l’agence de mannequin l’a convaincue de teindre ses cheveux brun-roux qu’elle avait frisés en blond platine. Pour cela, Marilyn Monroe engage la coloriste de Jean Harlow, une vieille dame qu’elle fait venir par avion toutes les semaines. La première platinum blonde est morte à 27 ans… secrètement, Jean Harlow fut le modèle de Marilyn et Marilyn celui de tous(tes) les autres d’Andy Warhol à Madonna. 

« J’aimerais avoir le courage d’être fidèle au visage que j’ai créé. Parfois, je me dis qu’il serait plus facile de ne pas vieillir du tout, de mourir jeune. Mais alors, ma vie ne serais pas achevée. Et je ne me connaîtrais pas totalement ». (Marilyn Monroe)
——
Dans « Monroerama », on lit cette phrase « les gens ne se rendent pas compte mais elle a inventé Marilyn Monroe » (Richard Avedon). Autre remarque de George Cukor qui dit qu’elle avait fabriqué la voix qu’on entend dans ses films, essouflée, enfantine, sexy, qu’au naturel, elle n’avait pas du tout cette voix. De même que le maquillage Marilyn nécessitait une heure et demi : au platine des cheveux, elle assortissait un fond de teint blanc étalé comme un masque, une ombre à paupière blanc nacré, et deux couleurs de la passion le noir et le rouge, le noir de l’eye-liner et des faux cils pour agrandir le regard, le rouge intense de la bouche qu’elle maquillait de 5 couches de rouges différents car au naturel, elle aurait eu les lèvres plutôt plates… L’épi en V sur le front épilé, le brun des sourcils (pas blonds comme les cheveux) en accent circonflexe pour masquer un front trop haut, elle avait très tôt appris a sourire en cachant ses gencives et rares sont les photos où elle n’a pas les yeux mi-clos, les lèvres entrouvertes…
Les mariages de Marilyn, on connaît tout cela par coeur, un voisin à 16 ans pour échapper à l’orphelinat, un champion de base-ball (Joe di Maggio), un écrivain intello (Arthur Miller) quand elle tente d’en finir avec les studios en s’installant à New York, prend des cours à l’Actor’s studio, crée sa propre société de production avec le photographe Milton Greene. Mais elle finira ses jours dans une maison choisie par son dernier psy Ralph Greenson qui avait lui-même racheté pour son propre usage la maison d’une certaine Eunice Murray, gouvernante qu’il avait placé chez MM pour veiller sur elle. Etonnant d’apprendre dans « Monroerama » que la gouvernante (qui n’a jamais parlé de cette nuit tragique de son vivant) avait été congédiée par MM la veille de sa mort le 4 aout, lui demandant de ne pas revenir en septembre. Le jour de son enterrement, le 8 aout 1962, Marilyn devait ré-épouser Joe di Maggio de qui elle s’était rapproché, fou de douleur, il interdira l’accès aux obsèques à presque tout Hollywood…

« Elle a commencé avec moins que n’importe quelle autre fille que j’avais pu connaître, mais elle a travaillé plus dur… Elle voulait apprendre, elle voulait être quelqu’un, plus que n’importe qui que j’aie jamais rencontré. »
(la directrice de son agence de mannequins dans les années 1947) (extrait de « Monroerama »)

     

  

   

« Elle était toujours seule. C’était la personne la plus seule que j’ai connue. »
(JosephL. Mankiewicz, « Eve ») (extrait de « Monroerama »)


« Monroerama »
(parution printemps 2012) : ouvrage collectif où des écrivains et réalisateurs (Ann Scott, Maïwenn, Assayas, etc…), ont écrit chacun un texte sur la star, c’est très inégal comme qualité, le reste, les témoignages d’époque, sont beaucoup plus intéressants. La mise en page, en revanche, est très sympa.

Lire aussi…Télérama spécial MM

« Marilyn Monroe » de Donald Spoto (1995) : la biographie de référence

« Marilyn dernières séances » de Michel Schneider (2008) : ses relations toxiques avec son psy Ralph Greenson


« Marilyn Monroe ; Fragments. Poèmes, écrits intimes, lettres (2010) : ses écrits à elle

« Marilyn Monroe – Métamorphoses » de David Wills (2011) : photos de Norma Jean à Marilyn



« Something Got to Give », le dernier film, inachevé…

Mots clés:

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top