C386599D-3F87-4639-868C-69FAF2CBF447

«Gräns» («Border») Prix SO/UCR #Cannes2018

focus film / festival Ali Abbassi, sortie?

Pitch

Une douanière au physique d’une très grande laideur possède le don inné de sentir les coupables sauf un jour, un homme qui la déstabilise...

Notes

Tina, une douanière au physique d’une laideur repoussante possède le don exceptionnel de flairer tous les coupables. Ainsi, quand un type très chic ouvre son sac de marque, elle n’abandonne pas et lui demande de lui demander son téléphone portable, l’homme s’affole et Tina a vu juste : sur ce téléphone, sont archivées des photos de pédo-pornographie. Mais Tina n’a pas une vie agréable, partageant sa maison avec un type qui profite d’elle pour squatter sa maison avec un élevage de chiens dressés pour l’attaque. De l’extérieur, Tina vit comme tout le monde. Son point faible, les animaux sauvages, ce renard ou ces biches sauvages qu’elle laisse traverser majestueusement la route en stoppant sa voiture alors qu’elle accompagnait une jeune femme pressée sur le point d’accoucher…

Photo Metropolitan Film export

Photo Metropolitan Film export

Mais un jour, le flair de Tina à la douane ne marche pas comme d’habitude avec un individu qui lui ressemble étrangement physiquement, un certain Vore dont elle sent bien qu’il lui cache quelque chose mais ignore quoi, pire, il la déstabilise et l’attire.

Tina va nouer une relation intime avec Vore mais ses terribles révélations sur sa véritable identité vont remettre tout son système de vie en question…

Et aussi

C’est un film très difficile d’accès surtout dans la seconde partie du récit où il y a un virage quand Tina et Vore vont se reconnaître comme différents et s’aimer d’un amour animal jusqu’à hurler, seuls et en paix, comme des bêtes fauves. Le film décroche alors du récit rationnel et il faut chercher loin où il veut nous emmener, sans doute vers un conte fantastique et une ode au respect de la différence et à la nature. À la beauté intérieure sous la laideur extérieure. Il y est fait référence aux patients torturés en HP pour leur différence, aux enfants devenus orphelins de ces parents atypiques enfermés, à la mythologie suédoise des trolls, à la dimension animale refoulée de la sexualité humaine. Ceci est mon avis, le film a peut-être un autre fil explicatif!!!

Photo Metropolitan Film export

Photo Metropolitan Film export

Ce film Suédois extrêmement déroutant a reçu le Prix de la SO, section Un Certain Regard au 71º festival de Cannes.

Notre note

3.5 Stars (3,5 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top