F4A16916-76B5-4040-98DC-AE3ED26B9A8D

"Leave her to heaven" ("Péché mortel") Gene Tierney, angélique et diabolique

John M Stahl (1945), nominations aux oscars comme meilleure actrice


« Péché mortel » est le film dont les fans de Gene Tierney vous diront quelle y est la plus belle et la plus troublante de toute sa carrière dactrice, cest le moins quon puisse dire Le regard que pose linconnue sur son vis à vis, lécrivain Richard Harland dont elle est justement en train de lire le dernier ouvrage, dans le luxueux compartiment du train tendu de velours bleu pétrole, ce regard est indescriptible, du jamais vu et jamais revu, la beauté absolue, locéan mortel, comme le péché, du regard bleu infini de la femme enfant, demeurée à jamais lenfant inconsolable que rien ni personne ne saura consoler

 

 

—–

Drame noir plus que film noir, « Péché mortel » décrit un univers idéal et idéalisé baignant dans les bonnes manières et les rires partagés, où on jardine, on joue du piano, on se baigne dans le lac, tandis que les ingrédients imperceptibles et souterrains dun drame que nul ne verra venir se mettent lentement en place. Des sentiments monstrueux poussent parmi les fleurs du jardin d’une Amérique parfaite et aseptisée.

 

 

Lécrivain Richard Harland sort de prison et revient chez lui en bateau, les habitants du village le plaignent entre eux « pauvre homme! », son avocat, venu à se rencontre, raconte à un tiers son mariage avec la séduisante Ellen Berent, flash-back

 

 

Dès leur première rencontre dans le train, Ellen dit à Dick quil ressemble à s’y méprendre à son père jeune. Plus tard, amenés à faire plus amplement connaissance par lentremise dun ami commun, Dick est invité à loger dans la même demeure que tout la famille dEllen. Avec sa sur Ruth et sa mère, Ellen s’en va à cheval dans la campagne disperser les cendres de son père quelle adulait. Quelques jours plus tard, la jeune femme, obnubilée par la ressemblance de lécrivain avec son père, rompt brusquement ses fiançailles et annonce son mariage avec Dick, médusé Il accepte.

 

Le couple part en voyage de noces visiter Danny, le petit frère infirme de Dick, dans un hôpital. Ellen supplie le directeur de létablissement de ne pas le laisser sortir pour habiter avec eux car elle veut rester seule avec Dick. Dans cette maison isolée au bord du lac, elle ne veut pas non plus de domestiques pour troubler leur intimité et larrivée surprise de sa mère et de sa sur la plonge dans une vive colère. Un après-midi quelle apprend à nager à Danny, elle tente de le convaincre daller vivre avec sa sur et sa mère, ladolescent refuse, elle met ses lunettes noires et se renferme sur elle-même Quand Danny appelle au secours quil a une crampe, elle le laisse se noyer mais entendant soudain la voix de son mari sur la rive, elle se jette à l’eau en maillot bleu ciel (sublime..) en feignant daller le sauver Bien que Dick nait aucune preuve contre Ellen, le chagrin et les soupçons le rongent, le couple ne sen remettra pas Sur les conseils de sa sur, Ellen se laisse convaincre dattendre un enfant pour consoler Dick mais cette grossesse, qui suppose larrivée dun enfant la privant dun tête a tête exclusif avec son mari, lui fait horreur Arrive alors l’inoubliable scène culte du film : le regard perdu et maléfique de Gene Tierney en déshabillé et mules en satin bleu pâle en haut de lescalier, un must La machine dramatique va semballer encore bien au delà, le rapprochement de Dick pour sa douce belle-soeur Ruth dans les bras desquels la jalousie maladive dEllen la poussé, envenimant encore la situation.

 

Film dédié à son actrice principale et focalisé sur son personnage de femme fragile vénéneuse et psychopathe, les apparitions de Gene Tierney sont un étourdissement, les maillots une pièce vert anis, bleu ciel, rouge sang, le manteau blanc au col dhermine, les robes sanglées à la taille de guêpe, les cheveux mi-longs crantés, le réalisateur joue à la poupée, pendant que le regard magnétique de lactrice météore dHollywood subjugue la caméra et les spectateurs.

 

 

Gene Tierney, dont on ne savait jamais comment lemployer dans les studios à cause de son physique atypique au regard de chat, aux pommettes hautes, vouée souvent à des rôles semi-exotiques, aura une carrière courte et une fin de vie misérable malgré ses origines bourgeoises, inconnue et ruinée, employée vers la fin de ses jours comme caissière dun supermarché, elle a raconté notamment dans ses mémoires « Mademoiselle, vous devriez faire du cinéma » ses séjours abusifs en hôpital psychiatrique qui lont définitivement brisée.

 

 

Ce film hypercolorisé fin des années 40, à la mise en scène classique et soignée mais sans éclat particulier, ne vaut que pour elle et elle le vaut bien, leffet hypnotique garanti que Gene Tierney au sommet de sa beauté et de son art, exerce sur tous, du réalisateur au simple spectateur du DVD, surprendra les plus blasés, attention, certaines scènes sont indélébiles pour la mémoire cinéphile.

 

 

Notre note

5 Stars (5 / 5)

Mots clés: , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top