« L’Homme à l’imperméable » / 💞 Coup de cœur été 2016

focus film Julien Duvivier, 1956

Pitch

Un musicien modeste voit sa vie bouleversée par le depart de son épouse en province pour 8 jours...

Notes

Constantin, un clarinettiste sans ambition, officie depuis dix ans au Châtelet. Jouant le dos à la scène, en dix ans, il n’a jamais vu le spectacle… Essoufflé, il arrive en retard à la répétition car il vient d’accompagner son épouse à la gare partie en province pour huit jours. Son voisin de répétition lui donne la carte d’Eva, choriste ravissante un peu barge, qui se prostitue pour arrondir ses fins de mois. Les nettoyages, les patins et les listes de corvées laissées par son épouse l’empêchent de se faire cuire deux œufs au plat pour son diner, prisonnier dès règlements internes d’une maison qui appartient, en fait,  à sa femme. Découragé, Constantin se décide à sortir après avoir téléphoné à Eva (Rosy Varte). A peine arrivé, Eva passe dans sa chambre faire un brin de toilette et et se déshabiller, mais est est poignardée et Constantin tente alors de fuir. C’est compter sans son imperméable qui le désigne comme coupable par la rumeur : l’homme à l’imperméable est désigné très vite comme le tueur supposé d’Eva. Constantin tente alors de se débarrasser du vêtement…

Et aussi

Un film qui vaut le détour sur OCSTV Go, d’après James Hadley Chase (« Tiger by the tail »), « L’homme à l’imperméable » de Julien Duvivier (1956) un polar traité comme une tragi-comédie, accumulant les comiques de situation, où un sage clarinettiste, officiant depuis 10 ans au Châtelet, célibataire pour 8 jours, se trouve mêlé à un meurtre passionnel et à un univers interlope dont il ignore tout : « L’homme à l’imperméable » avec Fernandel en demi contre-emploi et Bernard Blier/Monsieur Raphaël en voisin de la victime, maître chanteur obséquieux aux mœurs douteuses.

On y ajoute une satire du monde du théâtre où, dans une cacophonie indescriptible, tout le monde hurle (le régisseur, le metteur en scène caractériel), le régisseur compte les absences, où l’ego n’est pas de reste (l’auteur de la pièce). Ce monde des années 50, foisonnant de policiers en vélo, où pleuvent les interdictions, les punitions/contraventions dans la rue pour pour pas grand chose, les plaintes des voisins pour un tapage nocturne dérisoire, l’épouse tyran donnant des ordres à distance, partant en province en laissant à son mari sa liste de corvées, nous est devenu totalement étranger.

"l'Homme a l'imperméable"

« l’Homme a l’imperméable »

Jubilatoire à regarder… Et l’image de Julien Duvivier, sa manière expressionniste de filmer, mine de rien, les scènes de nuit dans le quartier mal famé où logeait la prostituée occasionnelle, le scénario signé par un des grands maîtres du polar (JH Chase). On aurait tort de sous-estimer ce film tant il est drôle.

Diffusion

OVSTV GO (uniquement à la demande)

Eté 2016

Notre note

(4,5 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top