IMG_3166

« La morsure des dieux » : la terre mystique, identitaire

focus film Cheyenne Caron, sortie le 26 avril 2017

Pitch

Un agriculteur Basque même une vie d'ascète pour sauver sa terre quand il rencontre une jeune auxiliaire de vie catholique...

Notes

Sébastien s’occupe de la ferme familiale, celle que lui ont légué ses ancêtres. Seul, malgré qu’il soit incapable de rembourser un prêt de la banque, il se bat sans jamais remettre en question ce qu’il considère comme normal : « cette terre est la mienne, j’y vivrai, j’y mourrai ». Le film s’applique à démontrer l’importance identitaire de cette terre qui le définit, la sensualité des paysages, du vent que Sébastien écoute religieusement comme une musique, les chants Basques. « On ne vient jamais de nulle part » dit-il. L’utilisation des dialogues ou des chants qui se prolongent en off, comme en écho, est habile, enfermant le spectateur dans cet attachement viscéral, cet amour de la terre patrie qui en a vu d’autres. En ce sens, le film est à la fois mystique et politique, renvoyant aux problématiques identitaires des régions comme le pays Basque ou la Corse (que je connais bien…) pour qui la terre des anciens est sacrée et intrinsèquement la leur. Quand Sébastien rencontre une jeune femme, auxiliaire de vie, s’opposent alors leur conception des dieux, la mystique de la terre, ses rituels traditionnels comme les processions, ses superstitions, et d’un dieu, soit le paganisme de l’un et le monothéisme de l’autre.

IMG_3167

Le film traite à part égale de la précarité des agriculteurs ruinés par la mondialisation qui tentent vainement de monter une coopérative qui sera un échec financier. Le voisin de Sébastien se pend après que les banques aient vendu tout son troupeau aux enchères, la scène de cet homme balayant une étable vide après la saisie de ses bêtes et de son matériel agricole est d’une grande tristesse. Les animaux, présents dans le film, font partie de la vie des gens, les troupeaux de chèvres que l’on emmène brouter, les vaches que l’ont traît, rien n’a changé depuis la nuit des temps sauf que tout a changé…

Et aussi

« La morsure des dieux » est un film atypique, très attachant, qui oppose le paganisme et la chrétienté sous l’angle d’un agriculteur Basque viscéralement attaché à la terre de ses ancêtres malgré le surendettement, la dictature des normes européennes et la mondialisation qui ruinent les exploitations de la région les unes après les autres. Son histoire d’amour très pure avec une jeune catholique n’influence pas ses croyances ancestrales sans pourtant les empêcher de s’aimer. Le film traite notamment d’un problème de société tragique : les suicides des paysans acculés à la faillite ; ceux qui survivront ne le devront qu’à cette force qu’ils puisent dans cette terre qui fait partie intégrante de leur identité. La sensualité du pays Basque est sobrement et admirablement restituée.

Diffusion

http://www.cheyennecarron.com/films.php

Notre note

4.0 Stars (4,0 / 5)

Mots clés: ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top