« Maigret à Pigalle » : virage du noir au orange sixties

focus film Mario Landi, 1966

Pitch

Une strip-teaseuse, qui venait de dénoncer un complot de meurtre, est étranglée sous sa douche... et le commissaire Maigret interrompt ses vacances...

Notes

Qui à tué Arlette, strip-teaseuse au « Picrate » à Pigalle tenue par un ancien proxénète et son ex-tapin, femme trop vite vieillissante, qui lui a offert l’établissement? Arlette qui vient hanter le film car tous les hommes l’aimaient, pas pour son corps de rêve, toutes ses collègues lui ressemblaient, cheveux très noirs, peau hâlée et regard clair paumé ou dur selon les circonstances? Tous ses amants et amis d’amants sentaient qu’elle n’était pas comme les autres… et tous sont des coupables potentiels… Dès son arrivée sur l’ensemble fan, on voit la silhouette d’une jolie femme en petit manteau rouge et escarpins vernis noirs, rien de vulgaire, la. Alerta s’approche, son visage trop maquillée est épuisé et bouffi, car on va en faire un portrait assez détaillé avant qu’elle doit assassinée sous sa douche, façon giallo soft, la scène est coupée très vite. Dans l’intervalle, ivre morte, elle a dénoncé deux types au commissariat qui voulaient « buter », comme ils ont dit une comtesse pleine de diamants, s’est rétractée le matin, est rentrée chez elle pour trouver la mort qu’elle cherchait partout mais pas comme ça… Le commissaire Maigret qui partait en vacances en Bretagne les passera Quai des Orfèvres…

 

Et aussi

Quand Gino Cervi remplace Jean Gabin , cela donne un polar noir aux teintes sixties avec concerto en orange, tapisseries marrons imprimées et ambiance plus cool que pur Simenon. Le Pigalle des années 60 avec ses cabarets sages fréquentés par des voyous bien habillés qui jouent aux courses et fréquentent des médecins véreux à la prescription de Morphine facile. Arlette, femme fatale malgré elle, dépressive, alcoolique, couche avec tous les hommes, liée à un seul…

Le casting est italien et français. Tous les hommes sont beaux et stupides, sauf Maigret… toutes les strip-teaseuses trop belles sauf Rose, la tenancière du « Picrate » dont la beauté prématurément flétrie anticipe ce que deviendront les plus jeunes 10 ans plus tard…

Un Super anti-dépresseur pour mois de novembre  frileux…
#cinémafrancais #classicfrenchcinema

Diffusion

Canal Sat à la demande jusque au 17 novembre 2016

Notre note

0 out of 5 stars (0 / 5)

Mots clés: ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top