#rentréelitt2019 : «Dans les yeux d’Anna» : guerre et sentiments

focus livres Christian Laborie, Parution 22 août 2019

Pitch

Quelques années après la mort de ses parents, Sarah hérite d’une maison dans les Cévennes, région qu’elle ne connaît pas.

Et aussi

En 1969, Philippe Latour et Ana Goldberg-Latour, son épouse, qui partaient en vacances sur la Côte d’Azur, ont un accident de voiture mortel. Sarah, leur fille, reste seule, orpheline. Sarah Goldberg est en fait la fille d’Ana et ne connaît pas son père biologique d’autant que sa mère ne parle jamais de son passé. La seule chose que sait Sarah, c’est que ses grand-parents maternels ont été déportés à Auschwitz durant la dernière guerre mondiale. 

En 1975, Sarah partage la vie de Gilles à Lausanne. C’est un couple bosseur et tranquille, sans doute un peu trop tranquille… Une tranquillité qui va cesser avec la réception d’un testament. Sarah est l’héritière d’une dame qui lui est parfaitement inconnue, une certaine Lucie Fontanes qui lui lègue tout ce qu’elle possède. Notamment une maison dans un village isolé des Cévennes près de Saint Jean du Gard. Dans les faits, cet héritage était destiné à sa mère aujourd’hui défunte. 

Piquée de curiosité, avec l’arrière-pensée d’en apprendre un peu plus sur le passé de sa mère, Sarah se rend à Saint Germain de Calberte, le village en question. Lucie Fontanes lui a légué une maison, une ancienne épicerie mitoyenne et ses économies conséquentes à la banque. 

Dans un premier temps, Sarah entreprend des travaux pour vendre la maison mais c’est compter sans la magie des Cévennes…  d’autant qu’elle rangeant sommairement, elle a retrouvé le journal de sa mère caché dans la cave qui raconte toute l’histoire de sa famille… Et fait la rencontre d’un séduisant inconnu…

« Dans les yeux d’Anna » est un livre sage, divisé en chapitres soigneusement datés, libellés, avec des allées et retour entre 1975 et les années antérieures à la dernière guerre depuis de la montée du nazisme en Pologne, en Allemagne, puis, l’exode de sa famille à se cacher d’abord en France sous un faux nom, à fuir toujours plus loin de Paris aux Cévennes. Mais journal s’arrête brusquement en 1943 comme si Ana, la mère de Sarah, avait été empêchée d’écrire la suite… 

Un livre un peu trop sage et sentimental pour mon goût mais qui finit par vous accrocher comme une telenovela ou une série fleuve sur les chaînes de la TNT qui rappelle «Le feuilleton de l’été» (comme il y en avait tout l’été sur les chaînes publiques autrefois…)

L’intérêt réside surtout dans la description de l’état d’esprit qui régnait durant la seconde guerre mondiale avec ses collabos et ses résistants, ses régions de France inaccessibles et fières comme les Cévennes ou la Corse où la population a toujours aidé les juifs à se cacher.  

Diffusion

PRESSES SE LA CITE 

parution 22 août 2019

Notre note

(3 / 5)

Mots clés: , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top